dimanche 3 juillet 2016

Rapprochement troublant

Martin Van Maele est le beau-frère de Camille Genet, la mère de Jean Genet. Il est passé à la postérité comme illustrateur plus particulièrement spécialisé dans les ouvrages érotiques. Or, parmi sa production, un titre présente un rapprochement troublant avec son histoire personnelle : Camille et moi, étrange par le thème de l'ouvrage, par son illustration et par les coïncidences que l'on peut y trouver.


Comme on le voit sur la page de titre, l'ouvrage a paru dans la collection « La Flagellation à travers le Monde ». L'auteur affiché est Jean de Villiot, Martine Van Maele contribuant pour l'illustration en  fournissant 20 aquarelles, dont celle reproduite ci-dessus.


Il a été publié en 1904, par Charles Carrington, un libraire spécialisé dans les ouvrages érotiques, avec visiblement un intérêt tout particulier pour la flagellation (voir la notice Wikipédia : cliquez-ici).

Ce qui n'est pas dit est que cet ouvrage est la traduction d'un livre anglais Frank and I, ouvrage anonyme paru en 1902. Quant à l'histoire, la préface nous en dit le principal :
Gentleman superbement renté, en possession de satisfaire tous ses caprices, habitant seul un vieux manoir où de nombreux domestiques le servent comme on servait autrefois, il cueille un jour sur la route, au retour d'une partie de chasse, un délicieux petit vagabond.
Le beau gamin est couvert de poussière, il est las, mais ses vêtements trahissent une condition qui rend son escapade mystérieuse ; ses gestes sont empreints d'une élégance rare, sa voix est charmante, ses yeux doux et profonds.
Le gentleman a bon cœur. Il hospitalise l'enfant. Il le réconforte, l'habille, le nourrit, le garde. Il l'élève, l'instruit... le fouette. Oh! très correctement, très pédagogiquement. Nul émoi n'agite son cœur solide et ses sens très normaux au conspect de la tendre chair qu'il dénude... jusqu'au jour où, sous les coups donnés plus sévèrement que de coutume, le gamin, qui se remue avec désespoir, laisse apercevoir son... secret.
Camille – nom bisexuel – était un prénom féminin.
Et la scène change étonnamment.
Le fouet donné par devoir sera donné par passion, toujours correctement, toujours avec de sérieux motifs, mais aussi avec une joie de plus en plus intense, à mesure que la fille, sous son déguisement garçonnier, conservé par crainte du scandale, s'affirme la femme délicieuse qu'elle est en train de devenir.

Les points de coïncidence sont
- le prénom de l'enfant qui s'avère être une fille, Camille, comme Camille Genet.
- l'âge du « jeune garçon » qui est de 15 ans au moment de la rencontre, âge de Camille Genet en 1903.
- sa situation au moment de la rencontre, orphelin de père et de mère, comme Camille Genet en octobre 1904.
- la différence d'âge entre le narrateur et l'enfant, même si elle était plus importante entre Martin Van Maele et Camille Genet (25 ans) qu'entre le narrateur et son/sa protégé (15 ans).
- et enfin la date de parution, 1904, qui est la date où Martin Van Maele et son épouse Marie Genet ont peut-être pris en charge la petite sœur orpheline de Marie Genet.


Après avoir dit cela, en conclure que cet ouvrage comporte des aspects autobiographiques de la vie de Martin Van Maele et Camille Genet serait donné trop de signification à ce qui ne sont peut-être que de simples coïncidences. Néanmoins, découvrir que Martin Van Maele a illustré un ouvrage qui s'appelle Camille et moi est pour le moins troublant, surtout lorsqu'on pense qu'il a fallu trouver un prénom francisé pour traduire le Frank de l'édition originale. Si on avait voulu un prénom « bisexuel », pour reprendre le terme de la préface, pourquoi ne pas choisir Claude ou Dominique. Non, ils ont préféré Camille... Je dis « ils » car il s'agit d'un travail collectif. Selon Pia, Jean de Villot est le pseudonyme collectif de Hugues Rebell, Hector France et Charles Carrington. Martin Van Maele, qui avait déjà collaboré avec cet « auteur », était peut-être englobé dans ce pseudonyme collectif.

Signature de Martin Van Maele

2 commentaires: